Archives de la Langue des Signes Française

Signes de Pont-de-Beauvoisin

Delaporte Yves, Pelletier Yvette

Le dialecte du quartier des filles de l’Institution nationale des sourds-muets et sourdes-muettes de Chambéry (1910-1960), avec 550 dessins originaux d’Yves Delaporte.
L’Institution nationale des sourds-muets et sourdes-muettes de Chambéry est un des lieux d’où la culture sourde a rayonné dans tout l’Est de la France. Mais qui se souvient encore de l’école des filles, située à Pont-de-Beauvoisin, c’est-à-dire à quarante kilomètres de celle des garçons ? Elle a laissé peu de traces dans la mémoire collective. En effet, les filles devaient abandonner au sortir de l’école les signes qui y étaient pratiqués pour apprendre les signes des garçons de l’école de Chambéry, de sorte que le dialecte de Pont-de-Beauvoisin ne subsiste plus guère que dans la mémoire de quelques anciennes élèves, dont Yvette Pelletier. Les signes émergeant à Pont-de-Beauvoisin sont en rapport avec plusieurs substrats : des signes parisiens, des signes chambériens, et suite à la débâcle de 1940, des signes bordelais. L’ interdiction de signer qui a suivi le congrès de Milan (1880) a fait que de nombreuses générations de sourdes-muettes se sont succédé sans autres références langagières que celles qu’elles se donnaient elles-mêmes, avec des conséquences contradictoires : des signes disparus ailleurs s’y sont maintenus sans changement, tandis que les cheminements fantasques de la dérivation ont conduit à un pourcentage élevé de signes obscurs. Ces deux aspects se sont conjugués pour faire des signes de Pont-de-Beauvoisin un dialecte d’une fascinante étrangeté.

Introduction : Delaporte Yves
Parution : Janvier 2012
Nombre de pages : 320
Format : 13,5 x 21,5
ISBN : 978-2-35935-026-5
35€ TTC